Attention : ce document est un pamphlet ; âmes sensibles s'abstenir

 

LA "VALO" À VAU-L'EAU
ou
La Valorisation au CNRS

Une réflexion en forme de divertissement par Elio FLESIA

Version 8.8 - Décembre 2007

Contenu de cette page :

Prologue
Exergues
Avertissement au lecteur
Table des matières

 

 

Prologue pour les versions supérieures à 5.2
(et pour les lecteurs connaissant l'une des versions antérieures)

Eh, oui ! J’ai donc opté pour la publication du présent pamphlet sous la forme de releases – pardonnez le néologisme – successives ou de mises à jour destinées, comme pour les logiciels, à diffuser des versions améliorées du produit. "Améliorées" signifiant simplement que les versions les plus récentes sont complétées, corrigées autant que faire se peut des coquilles qui ont pu y être repérées, et complétées d’éléments divers – faits et analyses – qui se sont fait jour au fur et à mesure que le temps passait et que l’expérience et le recul dont je disposais augmentaient.

Certes, le lecteur soucieux de la bonne gestion de son temps pourra se reporter directement aux chapitres qui ont été rajoutés par rapport à une version précédente dont il a pu avoir connaissance. Cependant, je tiens à insister sur le fait que ce pamphlet n'est pas fait pour les gens pressés. On ne pourra, je pense, goûter pleinement sa saveur qu'en y passant un minimum de temps et le temps qu'il convient de consacrer à chaque partie n'est pas forcément relié au nombre de mots qui la composent.

De plus, j'ai été amené à rajouter par-ci par-là un paragraphe, une phrase ou un simple mot qui me paraissaient particulièrement pertinents à mon propos. J'ai ensemencé (sans excès j'espère) le texte d'expressions byzantines ou de mots colorés qui me paraissent valoir leur pesant de tantale*.

* J'abrège le supplice du lecteur connaissant mal le Moyen-Age, en lui rappelant que l'expression pesant d'or vient de besant (ou bezant) d'or, monnaie byzantine fort prisée grâce à son titre en or fin et à sa stabilité. J'aide aussi le lecteur peu familier du Grand-Oeuvre en lui précisant que le tantale est un métal 14 % moins dense que l'or mais 22 % plus dense que le mercure. Quant à celui féru de mythologie antique, il aura immédiatement compris que si Mercure était bien le messager des Dieux, le tantale est une cigogne à plumage blanc et rose (cette dernière couleur étant hautement symbolique de beaucoup de choses dont la richesse).

 Leur rôle n'est pas que de ralentir la lecture mais de permettre aussi à l'esprit de souffler (dans les deux acceptions de ces termes). D'ailleurs ce site est en perpétuel chantier et s'enrichit régulièrement d'ajouts et de changements plus ou moins importants, parfois epsilonniens. Certains rajouts m'ont d'ailleurs été suggérés – mais le plus souvent involontairement – par certains de mes lecteurs précédents à travers leurs courriers. Qu'ils soient ici remerciés publiquement et qu'ils veuillent bien continuer à me faire part de leurs réflexions.

Enfin, et pour satisfaire la curiosité – légitime – de ceux qui s'inquiètent régulièrement de ma santé, je leur dois quelques nouvelles de ma personne. Je vais bien, merci. Après quelques ennuis nerveux et physiques bien compréhensibles si l'on songe aux épreuves que j'ai traversées, j'ai repris le flambeau et je continue – avec une approche de "whistle blower" – mon combat contre l'aveuglement, la pensée unique, l'idéologie obscurantiste, l'arrivisme irresponsable, la malhonnêteté et... la bêtise.

Quant à ceux à qui j'apparaîtrais comme un peu trop obstiné ou obsessionnel je répondrai que c'est "l'humeur, l'honneur, l'horreur" qui me font agir ainsi. C'est d'ailleurs ce que le prince de Ligne, ce parfait honnête homme du XVIIIe siècle, répondait à ceux qui lui demandaient : pourquoi tant d'obstination ?

 

 

Quelques phrases que l'on pourrait mettre en exergue de ce travail de réflexion

Lorsque quelqu'un ne sait pas où il va, le vent ne lui sera jamais favorable (Sénèque)

Ni rire ni pleurer, mais comprendre (Spinoza)

L'aveugle qui tourne en rond croit qu'il va vers son but parce qu'il marche (Mao Zedong)

 

 

Avertissement au lecteur
(cet avertissement accompagnait la version 4.3 lancée en mars 1991. Déjà !)

La présente réflexion est le fruit d'une expérience de terrain : plus de huit années comme Chargé de Mission aux Relations Industrielles (CMI) du CNRS dans les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Corse m'ont permis d'observer et analyser de nombreux phénomènes physiques qui s'apparentent au mouvement brownien. Certains faits, auxquels j'ai parfois pris part, me semblent nuire tantôt à la recherche, tantôt aux chercheurs, tantôt à l'économie du pays – quand ce n'est pas aux trois à la fois. Afin de donner le ton, je renvoie le lecteur à l'annexe 1 qui énumère les dix commandements pour étouffer l'innovation. J'ai vu le CNRS en pratiquer au moins huit (plus d'autres non listés dans cette annexe au nombre desquels je citerai le népotisme), et devant ce que je crois être un manque de lucidité, hélas ! assez répandu, j'ai cherché un moyen d'être utile afin que d'autres puissent tirer des événements auxquels j'ai assisté ou participé quelques enseignements.

J'ai une idée préconçue, ou plutôt la conviction profonde, que l'administration du CNRS doit être au service des laboratoires, et non l'inverse. Or, les chercheurs ont parfois l'impression que leur administration est de plus en plus coupée des réalités et des contraintes de la recherche, et pèse sur eux comme un joug. Ayant personnellement exercé l'activité de chercheur pendant plus de onze ans et celle de CMI pendant plus de huit ans, j'espère que l'on me reconnaîtra une certaine neutralité.

Plusieurs genres littéraires auraient pu permettre de décliner ce qui va suivre. J'ai opté pour la caricature. En effet, par le caractère excessif de son trait, elle vise à distraire, voire amuser le spectateur. Je désire aussi bénéficier de l'indulgence que l'on accorde généralement aux amuseurs publics sans m'attirer de foudres supplémentaires ; ne disposant pas de paratonnerre efficace, j'estime en avoir suffisamment reçues dans un passé récent. Ma capacité à supporter de telles décharges est toute proche de sa limite. Au-delà, les effets risqueraient d'être tout à fait imprévisibles, ce que je souhaite éviter. De plus, l'humour étant le propre de l'homme, son usage ne peut être que salutaire, même aux doses où j'ai jugé bon de l'utiliser. Je suis également convaincu que le poil à gratter possède quelques vertus hautement bénéfiques.

Le présent document est loin d'être exhaustif. J'avoue avoir focalisé mon attention sur certains phénomènes alors que d'autres peuvent sembler absents ou occultés. Ceci est en partie voulu. N'ayant pas l'écriture facile et ne disposant pas d'un temps suffisant, j'ai choisi arbitrairement des événements susceptibles de m'inspirer. Or, les Muses sont parfois capricieuses et n'accordent pas toujours leurs faveurs de façon très libérale. Malgré ce que pourrait laisser entendre cette dernière considération, je n'ai pas la prétention, non plus, d'avoir réalisé une œuvre littéraire. J'ai eu simplement beaucoup de plaisir à écrire ce document et je serais pleinement heureux si le lecteur pouvait également en profiter un peu.

 

 

TABLE DES MATIÈRES

 

Les relations entre les chercheurs et leur administration

La recherche : une activité féodale

Les relations entre le CNRS et l'Université

Les motivations du chercheur

La carrière des chercheurs

La valorisation au CNRS

L'ANVAR

L'expérience des CMI

La mise sur pied des Délégations Régionales du CNRS

La politique de valorisation du CNRS

Grands groupes industriels versus PME/PMI

À tous crins

Pertinence des indicateurs de valorisation et leur évolution

Les grands problèmes mal résolus

- Le choix de la bonne formule de valorisation

- La recherche et la création d'entreprise

- La valorisation en direction de l'étranger

Les chercheurs et la création d'entreprise

- Les motivations des chercheurs créateurs d'entreprises

- Les aiguillons à la création d'entreprise

- Les difficultés

- Les problèmes déontologiques et éthiques

- Les difficultés juridiques et administratives

- La position du CNRS

- La position de l'INRIA

- La position du Ministère de l'Éducation Nationale

- Les pratiques dans les universités de la région PACA

- Les exemples dans d'autres universités ou écoles

- Les réalités du terrain

- Quelques remarques

- La situation aux États-Unis

- L'expérience personnelle de l'auteur

Quelques propositions aux responsables administratifs du CNRS

- Commencer à considérer les chercheurs comme des adultes

- Cesser d'utiliser la langue de bois

- Responsabiliser les directeurs d'unités

- Éviter le syndrome du Concorde

- Ne pas oublier que l'avenir technologique est imprévisible

Analyse d'un cas : une affaire qui fait du bruit

Épilogue

Si j'étais responsable de la valorisation

Épigraphe pour un livre condamné

ANNEXES


Suite

Retour Page Perso